Un projet visionnaire: Québec-Montréal en monorail à 250 km/h

Le monorail et ses moteurs-roues

Il est bon de rêver parfois, d’avoir un projet visionnaire capable de mobiliser une société et de la faire avancer.

Ce jeudi, 29 septembre 2011, sur invitation et à guichets fermés, une poignée de gens assisteront au colloque numéro 26 des Entretiens Jacques-Cartier. Ils y entendront, entre autres, le physicien Pierre Langlois présenter un projet qui soulève l’intérêt dans divers cercles d’économistes et d’ingénieurs québécois: un monorail suspendu mû par les moteurs-roues de l’ingénieur Pierre Couture. Le projet permettrait de faire le trajet entre Québec et Montréal en un peu plus d’une heure, en filant à 250 km/h au-dessus de l’autoroute 20. Le coût estimé de ce projet avant-gardiste: environ le tiers de celui d’un train à grande vitesse, soit environ 3 milliards $.

J’ai pris connaissance de ce projet pour la première fois en décembre dernier dans une étude de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC), fondé par l’ancien premier ministre Jacques Parizeau. Le Réseau des ingénieurs du Québec en a également fait mention dans un rapport sur l’électrification du transport au Québec (Propositions pour engager le Québec sur la voie de la mobilité durable). Et, récemment, l’école Polytechnique, l’institut des Hautes Études Commerciales et l’École de design de l’Université de Montréal ont entrepris, conjointement avec l’Institut du transport avancé du Québec, une étude en profondeur de tous les aspects du projet.

C’est dire que l’idée suscite le plus grand intérêt autant par son côté avant-gardiste que par ses aspects économiques, ses qualités environnementales et la possibilité d’offrir une solution attrayante de transport collectif entre les banlieues et la ville et, éventuellement, entre les principales villes du Québec. Quand on pense transport durable et économique, il semble difficile d’être plus économe que le monorail. On estime qu’il en coûterait 40 $ d’électricité  (aux tarifs actuels) pour déplacer une navette de 60 passagers entre Québec et Montréal.

Le site du monorail TRENS Québec (Transport rapide électrique national suspendu) donne tous les détails du projet à ce jour avec, en prime, une vidéo et des animations qui permettent d’en avoir une idée concrète.

Il y a longtemps que le Québec n’a pas eu de grand projet mobilisateur et celui-ci semble bien en être un. Lisez le billet d’Alain Dubuc sur la CyberPresse du 26 septembre (À quand un plan sud?) et vous verrez à quel point ce projet correspond au besoin du moment pour la vitalité de l’économie québécoise. S’il y a parfois des tempêtes parfaites, il y a aussi, quelquefois, des conjonctures parfaites.

Je ne sais pas si les aspects techniques de ce projet sont aussi simples qu’ils en ont l’air et s’il peut être aussi rentable qu’on le pense, mais je vous invite à rêver un peu.

De toutes façons, quand on considère le coût des infrastructures récentes de transport (voir note) qui se calculent toujours en milliards, je me dis que mettre 250 millions pour faire la preuve que le concept fonctionne et que les coûts seront bien ceux qu’on évalue ressemble à une aubaine.

J’ai hâte de savoir comment le projet défendu avec passion par Pierre Langlois sera reçu par Michel Labrecque,  président du conseil d’administration de la Société de transport de Montréal, et Michel Veilleux, vice-président, planification et innovation, de l’Agence métropolitaine de transport. Ils font partie, tous les deux, des responsables scientifiques de ce colloque.

Note
Coût d’infrastructures récentes et à venir: métro à Laval : 650 millions pour quelques kilomètres; échangeur Turcot: trois milliards; pont Champlain: possiblement six milliards.

Advertisements

3 Commentaires

Classé dans Économie, En passant, Environnement

3 réponses à “Un projet visionnaire: Québec-Montréal en monorail à 250 km/h

  1. Pas mal en effet. Pas de déneigement, pas d’expropriations, pas beaucoup de conflits avec d’autres infrastructures, en bon fer de la Côte Nord, modulabie à souhait. Il y a de l’enthousiasme mais pas d’actions depuis un an… où est le blocage ?

  2. Merci de me permettre de partager un rêve avec celles et ceux qui croient qu’il est important de travailler pour un demain différent et favorisant un mieux-être sous tous les plans. Projet à suivre.
    Lorraine

  3. Normand

    J’appuie ce projet car je pense qu’il est logique et économique aussi nous avons l’énergie nécessaire pour le propulser à bon prix ainsi que tout les matériaux pour le construire nous avons aussi la connaissance sur les moteurs roues pour le faire rouler et la main d’oeuvre compétente pour le construire alors qu’attendons nous pour le mettre en marche ,,le financement peut être alors allons voirles gouvernements et les compagnies qui aurais intérêt a investir dans ce type de projet comme Hydro-Québec les producteurs d’acier et d’aluminium,Bombardier
    Avons nous encore des décideurs au Québec qui comme René Lévesque n’a pas eu peur de faire la nationalisation de l’électricité ,un geste que personne ne regrette aujourd’hui ,
    Alors qu’attendons nous pour nous prendre en main avec l’électrification des transports alors que nous avons des surplus d’électricité et ça pour encore plusieurs années avenir,sans compté sur notre jeunesse Québecoise que nous pourrions mettre au travail avec de bon salaire et ceci sans compté qu’un jour nous pourrions exporté notre savoir faire dans d’autre pays

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s