Le Québec au 21e siècle – Acte 1: le nouveau contexte de la question nationale

Il y a déjà quelques années qu’on aurait pu l’observer mais ce n’est qu’avec la quasi disparition du Bloc Québécois, les déchirements du Parti Québécois, l’anticipation de sa faible performance électorale, et la naissance du parti dirigé par François Legault que cela devient manifeste: l’idée de l’indépendance politique du Québec n’est plus en mesure de susciter l’allégeance et la mobilisation de la population québécoise.

Je ne vais pas me contenter d’affirmer cela comme si c’était une évidence qui n’avait pas besoin de démonstration. Je vais tenter de l’expliquer en long et en large dans mes prochains blogues.

Je suis devenu indépendantiste dès que j’ai été capable de penser par moi-même, à 14 ans, lors de la visite de la Reine Élisabeth à Québec, en 1963, événement connu comme «le samedi de la matraque». Je suis donc un indépendantiste de la première heure et je n’ai jamais voté pour un parti fédéraliste depuis que j’ai le droit de vote.  Je mentionne cela tout simplement pour qu’on ne me considère pas comme un indépendantiste «mou» (même si je ne me considère pas comme un «pur et dur»). L’indépendance politique du Québec n’a jamais été, pour moi, qu’un moyen pour créer les conditions d’une société juste, inclusive, dynamique, respectueuse de tous les gens qui en sont membres  et capable de leur permettre les rêves collectifs nécessaires à leur épanouissement personnel. Ce point de vue (l’indépendance comme moyen d’une société plus juste) a toujours été présent chez une grand nombre d’indépendantistes.

Cela dit, les contradictions, les ambiguïtés et les silences du discours de la question nationale sont devenus aujourd’hui trop évidents  pour que le mouvement indépendantiste conserve la légitimité qu’il a eue auprès des  «canadiens-français» et soit en mesure de l’acquérir auprès de nos concitoyens anglophones, des néo-Québécois et des membres des Premières nations.

Au moment même où je commençais la rédaction de ce blogue, deux articles du Devoir venaient illustrer certaines facettes  de mon propos. Le premier, du juge à la retraite Elmer Smith, franco-ontarien ayant siégé à la Cour suprême de l’Ontario, vient parler du «mythe» du Canada-français. Le second, une simple lettre d’un lecteur, soulève clairement la nécessité de repenser les relations entre non-autochtones et Premières nations pour donner un sens porteur d’avenir à cette coexistence.

La perte de légitimité du mouvement indépendantiste
Pour éviter d’être mal compris, je tiens à préciser en partant que les raisons ayant entraîné la naissance du mouvement indépendantiste, c’est-à-dire l’épanouissement de la majorité «canadienne-française» et son désir de pérennité  en se donnant des outils collectifs, ne sont pas moins légitimes aujourd’hui qu’il y a 60 ans. C’est le moyen, le rêve indépendantiste, qui n’apparaît plus adéquat par rapport à l’objectif. Ceci ne signifie pas que l’idée de la séparation d’avec le Canada ne sera jamais plus pertinente mais, éventuellement, qu’elle devra être repensée et formulée en tenant compte du nouveau contexte.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il me semble cependant nécessaire de prendre un peu de recul et de souligner que la crise du mouvement indépendantiste québécois n’est que l’aspect local de la crise multidimensionnelle qui secoue la planète entière: l’Europe est en crise, les États-Unis sont en crise, tout le Moyen-Orient est en crise, la Chine ne sait plus quoi faire pour étouffer la liberté d’expression, la Russie ne tient que par ses ressources pétrolières et gazières, l’Afrique est prise entre le clan, le cellulaire et des élites qui ne pensent qu’à leur intérêt personnel (sauf exception). Seules l’Inde, cahin-caha, et l’Amérique du  Sud semblent à peu près traverser une période de progrès, si on ne tient pas compte de Chavez. Et pendant ce temps, les gaz à effet de serre sont en augmentation constante et pas près de se  stabiliser. Bref, dans l’intense période de bouleversements environnementaux, sociaux et politiques  qui commencent à secouer la planète, nos misères comptent à peu près pour une note de bas de page dans un rapport qui en contient 500. Mais comme ce sont les nôtres, ce sont les premières dont nous avons à nous occuper…

La légitimité d’un point de vue repose sur sa capacité de rassembler, de susciter une résonance intersubjective, une compréhension fondée sur des valeurs et des jugements partagés. Lorsque nous disons «nous, le peuple québécois» ou lorsqu’on parle de «nation québécoise», quelle résonance intersubjective commune à tous les citoyens du Québec pouvons-nous identifier?

«Nous, le peuple québécois» n’est pas une identité réclamée par tous les citoyens du Québec. Pour l’être, la phrase devrait commencer par «Nous, citoyens du Québec». Mais «nous, citoyens du Québec» implique une délibération entre tous et tenant compte de tous. Le mouvement indépendantiste québécois ne s’est jamais rendu là. Comme nous vivons en démocratie, on a pu croire, pendant au moins trois décennies, qu’on pourrait réussir en ralliant la majorité des citoyens et qu’on s’occuperait des menaces partitionnistes et des revendications des Premières nations en temps en lieu. Mais on ne peut plus le croire.

C’est que l’ancien discours nationaliste ne colle plus aussi bien à la réalité sociale car la société québécoise, dans son ensemble, est happée par les processus de mondialisation qui imposent d’aborder les choses sous des angles inédits. Et le mouvement indépendantiste n’a pas été plus rapide que les autres partis pour penser la nouvelle réalité. En ce moment, il est évident que l’idée d’indépendance politique du Québec ne représente pas une option pouvant rallier tous les citoyens au-delà de leurs différences de langue, d’origine et d’histoire. Bien qu’il ait pris quantité d’autres caractéristiques lui ayant permis d’attirer un certain nombre de Québécois d’autres origines, l’ambiguïté du mouvement indépendantiste, qui s’est constitué fondamentalement autour du «mythe» du Canada-français, n’est plus tolérable. Lorsque François Legault dit qu’il faut mettre la question nationale de côté pour dix ans, il n’a peut-être pas pleinement conscience de la dynamique sous-jacente à cette position, mais il sent qu’on ne peut plus faire comme avant.

L’exemple de la situation linguistique est assez révélateur de l’inadéquation du projet indépendantiste actuel. Peut-on croire un instant que l’indépendance du Québec changerait quoi que ce soit à la nécessité de maîtriser l’anglais pour faire des études supérieures ou pour faire des affaires avec des gens de l’extérieur du Québec? Quatre-vingt-cinq pour cent (85%) du commerce extérieur du Québec se fait avec les Américains et le reste des échanges se passe très majoritairement en anglais. Dès que l’on sort du Québec, la langue anglaise est le plus commode passe-partout qui soit. L’indépendance ne changera rien à cela et accélérerait peut-être davantage le mouvement.

Malheureusement, pratiquement personne n’ose reformuler en profondeur les paramètres de la question nationale. Lisez ce texte de Claude Morin écrit en 2006 à propos de ce qui aurait dû accompagner la reconnaissance de la nation québécoise par le parlement fédéral. Dans un texte du 13 septembre 2011, le même Claude Morin réalise que les Québécois ne sont toujours pas prêts à faire l’indépendance, et emploie l’expression «ethnie récalcitrante» pour identifier la source des revendications nationalistes. Seuls certains vieux militants de gauche (voir Quel avenir pour le PQ?) perçoivent que le mouvement «indépendantiste» doit redevenir une grande coalition populaire. Mais eux non plus ne semblent pas percevoir le mouvement des plaques tectoniques.

Pour terminer, je vous demande  comment un jeune montréalais qui a des copains d’origine chinoise, vietnamienne, arabe, indienne et haïtienne peut-il concevoir la question nationale? Depuis la multiplication des échanges internationaux, l’arrivée massive d’immigrants de tous les coins du monde et la domination d’une culture mondialisée, la perception subjective de la question nationale ne peut plus se faire comme en 1960 ni même 1980. Cette réalité n’est peut-être pas très visible à St-Georges-de-Beauce et à St-Nérée-de-Bellechasse, mais la «jungle» montréalaise la montre de manière spectaculaire où que se pose le regard. Il y a le ROC et le RDQ (reste du Québec).

Le paradoxe de la situation québécoise, c’est que le mouvement nationaliste/indépendantiste qui a porté la modernisation et qui a été la clé du dynamisme du Québec depuis 60 ans, demeure toujours un ingrédient essentiel de la dynamique québécoise, même s’il n’est plus le seul. S’il ne reformule pas son objectif en tenant du compte du nouveau contexte, il deviendra  un passif plutôt qu’un actif et ne pourra plus jouer un rôle significatif  pour l’avenir du Québec. L’histoire est en marche.

P.S. Dans la correspondance privée de l’écrivain Pierre Vadeboncoeur, celui-ci écrivait en 1994: «Le Québec est actuellement le meilleur poste d’observation au monde pour découvrir jusqu’à quel point et combien intimement les civilisations sont en train de se faire culbuter, vider… Le Québec, naturellement, disparaîtra le premier.» L’écrivain n’a jamais osé dire cela publiquement et on ne peut pas mettre en doute son engagement envers le Québec. Il y a, bien sûr, une certaine civilisation (quoique le terme ne soit pas approprié pour parler du Québec) qui disparaît et un certain Québec qui disparaît, mais il y a quelque chose d’autre qui émerge. À nous de le distinguer et de lui donner forme puisqu’il sera aussi influencé par nos intentions.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Politique québécoise, Question nationale québécoise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s